Retour vers l accueil du site lesnews.org...

 Source : Le Figaro (22/12/2001)    Source : Nouvel Observateur (22/12/2001)
[Articles du 22/12/2001] - [ Periode : 12-2001 (141 articles)] - [ Source : Nouvel Observateur (43 articles)]

Article paru le 22/12/2001 - Cet article est la propriété du journal ou société : Nouvel Observateur

Logo Nouvel Observateur

Usine AZF : les reactions


Voici les premières réactions à la décision de Lionel Jospin de fermer l'usine AZF mais de maintenir presque toutes les activités de la Société nationale des poudres et explosifs.

TotalFinaElf : "exprime sa vive préoccupation quant aux conditions très restrictives formulées par le Premier ministre pour un maintien des activités chimiques à Toulouse. Ces restrictions ne permettraient en effet de conserver sur le site d'AZF qu'une activité très réduite, tant en termes industriels qu'en termes d'emplois, et pourrait par conséquent poser le problème de la pérennité".

Philippe Douste-Blazy (UDF), maire de Toulouse : "J'ai demandé depuis le premier jour, comme tous les Toulousains, qu'il n'y ait plus d'activités dangereuses aux portes de la ville. Je vais maintenant concrètement regarder si cette décision est bien prise sur le terrain. (…) La reconversion du site chimique est importante à condition qu'on nous aide financièrement".

SNPE : "Nous venons de prendre connaissance de la décision de Monsieur Lionel Jospin avec soulagement pour ce qui nous concerne et pour les sociétés Tolochimie et Isochem. Nous prenons bonne note des axes de travail recommandés par le Premier ministre, sur lesquels nos équipes sont mobilisées".

Collectif "Plus jamais ça : "Nous sommes fortement mécontents, il n'y a rien de définitif pour AZF et le Premier ministre laisse ouverte la possibilité de reprendre la production de phosgène à la SNPE avec de petites stocks. (…) Nous n'aurons de tranquillité que si ces installations ferment, d'ailleurs en fonction des nouvelles directives Seveso, les industriels n'obtiendraient jamais l'autorisation d'ouvrir de nouvelles installations à cet endroit."

Martin Malvy, président PS du conseil régional : "J'ai dit qu'il n'y avait aucune raison économique pour qu'on mette en jeu la vie des citoyens ou l'intégrité des biens, je retrouve cette affirmation dans les propos de Lionel Jospin. Le Premier ministre ne ferme pas à le reconversion du pôle chimique, mais il l'encadre. (…) Il met la sécurité en avant et renvoie la proposition aux industriels".

Les Verts de Haute-Garonne : "La fermeture de l'usine AZF est évidemment une bonne décision, [mais] il n'y a pas le compte. La réouverture de la SNPE et de ses filiales trancherait en faveur des industriels contre la population, en faveur de l'économie –du moins sa partie la plus rentable- contre la vie, en faveur de la cohabitation risque industriel/habitat contre la nécessaire fermeture de la plate-forme chimique installée en pleine agglomération".

Georges Arcizet, délégué CFDT à l'usine AZF : "Lionel Jospin ne dit pas tout à fait que pour AZF, c'est fini. Même s'il faut se méfier, cette annonce nous laisse un peu d'espoir. Le gouvernement s'est remet maintenant à la direction de TotalFinaElf [qui assure] qu'un projet de redémarrage industriel, sans production d'ammonitrates, est actuellement à l'étude".


 Source : Le Figaro (22/12/2001)    Source : Nouvel Observateur (22/12/2001)

(Pour rappel, la diffusion d'articles est soumise à des règles strictes. Je vous invite à consulter celles-ci en cliquant directement sur le logo en en-tete de page pour accéder au jounal propriétaire de cet article. En ce qui concerne le site sur lequel vous vous trouvez http://www.lesnews.org, les demandes ont été faites ou sont en cours. Pour plus d'informations, sur le drame de Toulouse, je vous invite également à consulter les articles disponibles ou dossiers sur les sites multimédias de ces journaux, accessibles également en cliquant via le logo du journal assoccié en en-tête)


Retour en haut de l article